ACTU

Journées européennes du patrimoine 2020

Alors que les Journées du Patrimoine sont annulées, nous proposons de relire notre publication intitulée “La nouvelle vie du patrimoine”. Ce dépliant décliné au niveau métropolitain et marseillais vise à mettre en valeur l’héritage bâti et les différentes façons de le préserver/réemployer.

Aujourd’hui, le patrimoine n’est plus seulement considéré comme un inventaire d’éléments bâtis menacés à préserver pour une transmission aux générations futures : il est aussi vu comme un projet politique et social. Les collectivités et les acteurs locaux le sollicitent plus souvent pour affirmer ou singulariser un territoire, forger une identité métropolitaine. La notion de patrimoine s’est considérablement élargie depuis quelques décennies et les documents d’urbanisme considèrent le “patrimoine du quotidien” ou “de proximité” (édifices modestes mais porteurs de l’image d’un quartier, espaces bâtis emblématiques, éléments d’un paysage…) comme une valeur. Ce patrimoine se pose en sentinelle contre la banalisation du cadre urbain et nourrit l’attachement des individus à leurs lieux de vie. Sa préservation permet de comprendre les raisons et les modalités de l’évolution de la ville ou l’éclosion d’une architecture qui a produit, non seulement, des bâtiments mais aussi un environnement complet, des relations sociales… Les enjeux sont d’abord liés au renouvellement maîtrisé de la ville sur elle-même (prolongation de la vie d’un édifice, respect de l’intégrité architecturale, préservation d’une “qualité de rue”…) mais ils sont aussi sociaux et humains. On parle alors d’un patrimoine “fédérateur” quand il sert de support à une démarche de projet ou de patrimoine “identitaire” quand il permet de se démarquer et de mettre en avant des singularités. 

Voir le dépliant sur Marseille

Légende : U-boote bunker “Martha˝ Cap Janet – 2020 © Interxion