REGARDS DE L'AGAM

N°54 - SOCIETE : Les loisirs sportifs marchands au plus près des pratiquants
8 pages - novembre 2016

Début 2010, près de 66 % des Français âgés de 15 ans et plus déclarent avoir pratiqué, au cours des douze derniers mois, une ou plusieurs activités physiques ou sportives (APS), au moins une fois par semaine. Si la part des Français déclarant pratiquer une activité sportive régulière reste relativement stable, le mode de pratique a beaucoup évolué.

Le "sport loisir˝ échappe aux fédérations et les "lieux˝ de pratiques sportives se diversifient.Le sport ne se conçoit pas uniquement comme une activité encadrée, régie par des règles et la compétition. Pratiqué sous forme de loisir, il s’est développé dès les années 1970. Souvent associée aux espaces naturels, la pratique de loisir se décline aussi dans l’espace urbain.

L’accroissement du temps libre, l’évolution des matériaux, l’évolution des rythmes devie, les nouvelles valeurs sociales, sont autant d’éléments qui ont contribué au développementdes activités sportives de loisir. Les équipements sportifs traditionnels peinent aujourd’hui à répondre à la massification et la diversification de la pratique sportive : faible amplitude horaire, adhésion obligatoire à un club, pas de prise en compte des nouvelles pratiques sont autant de facteurs "limitants˝.

Les loisirs sportifs marchands apportent une réelle réponse à l’envie des pratiquants de disposer d’un équipement en libre accès, sans contrainte de calendrier ni d’encadrement. Dans cet environnement, le binôme "association / bénévolat˝ semble perdre pied face à l’individu. Signe des temps dans nos sociétés modernes ? Peut-être pas, mais le sport a changé et le modèle du club n’a plus l’exclusivité. Le club n’attire plus. Le modèle de pratique est dans la consommation du temps de pratique. Nous sommes passés à l’ère du "pay per use˝.

> Consultez en ligne

> Téléchargez (pdf)



onlyspanking.org