Métropole 27

L'aménagement au fil de l'eau

Dans L’avenir de l’eau˝ qu’il a publié en 2008, l’académicien Erik Orsenna présente la générosité comme l’une des principales natures de l’eau. « Non seulement, nous lui devons l’essentiel dont nous sommes constitués, écrit-il, mais elle permet à cette matière de s’animer. »

On retrouve cette générosité et cette capacité à animer lorsqu’on analyse l’apport de l’eau à l’organisation des territoires urbains et à leur paysage. L’eau qui structure un paysage, d’abord. Existe-t-il meilleure illustration que le canal de Marseille dans sa capacité à modeler un nouveau paysage et à faire naître de nouvelles fonctions, de nouveaux usages ?

L’eau qui inquiète, ensuite, quand le débit des rivières s’accélère soudain. La domestiquer dans la ville, y compris lorsqu’elle est tumultueuse, est désormais au coeur des projets d’aménagement. Sur les rives de l’Huveaune ou du ruisseau des Aygalades pour l’extension d’Euroméditerranée, par exemple.

L’eau qui anime l’espace urbain, enfin. C’est la vocation des fontaines et des espaces publics où l’on a remis en exergue l’eau que l’on avait plutôt cherché, jusqu’ici, à dissimuler. La question de l’eau dans la ville est bien partie prenante des enjeux du développement urbain. Elle doit ainsi être intégrée dès la conception d’un projet et noncomme résultante d’une nécessité technique.

> Télécharger Métropole 27